Voix Nomades Sardaigne-Mongolie

La rencontre des chants polyphoniques sardes avec le chant diphonique mongol


Distribution
Musiciens sardes : Cuncordu E Tenore de Orosei
• Massimo Roych (voche, guimbarde trunfa, flûte pipiolu)
• Mario Siotto (bassu)
• Gian Nicola Appeddu (contra)
• Piero Pala (mesuvoche)
• Tonino Carta (voche)
Musiciens mongols
• Tsogtgerel Tserendavaa (chant, khöömii, flûte tsuur et vièle morin khuur)
• Ganzorig Nergui (chant, khöömii, luth tovshuur et vièle morin khuur)

Au cœur d’une nature sacralisée, la beauté des montagnes de Sardaigne rencontre l’étendue des paysages de Mongolie, à travers la polyphonie et le chant diphonique.

Le chœur Cuncordu e Tenore de Orosei s’est offert au fil du temps une place de choix dans le paysage sarde, en tant qu’il excelle dans les deux répertoires, sacré (en particulier dans les chants de la confrérie de Santa Croce, très impliquée au cours de la semaine sainte) et profane.

Si Tsogtgerel a su assimiler la tradition des steppes de l’Altaï avec le modèle académique d’Ulaanbaatar à travers un chant diphonique très puissant au large registre harmonique, Ganzorig, autodidacte, combine une synthèse des styles mongol et touva à merveille. Ils se retrouvent tous deux dans l’interprétation des chants de louanges magtaal, mêlant chants de gorge et chants diphoniques.

Cette rencontre, principalement vocale, se trouve à la croisée des timbres vocaux employés par deux des parties de l’harmonie sarde, le contre-chant et la basse, mais aussi ceux du chant de gorge et des nombreuses techniques de chant diphonique mongol, dans lequel un chanteur produit seul plusieurs sons simultanément avec sa voix, dont un bourdon et une mélodie d’harmoniques. L’accompagnement instrumental est celui du nomadisme et du pastoralisme : flûtes, guimbardes, vièles, luths... le tout évoquant la nature et les histoires des gens qui l’habitent.


Références
:
Festival de Fès des musiques sacrées du monde, festival Les Orientales, festival Les Détours de Babel, Ravenna festival, Førde folk music festival, Crossroads festival...

Concert créé en été 2013 pour le festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde et le festival Les Orientales de St-Florent-le-Vieil

Production : Marsab Music Management / Routes Nomades

D’après une proposition d’Alain Weber

Textes : Johanni Curtet

Extraits de presse

Voyage au cœur des montagnes sardes et des steppes de Mongolie
Le Matin.ma

Les chants de Sardaigne et de Mongolie se croisent, formant des sonorités atypiques. Ici, il n'est pas étonnant d'écouter des Mongols chanter en canon avec des Italiens. En quelques vibrations, nous voilà plongés à la fois au cœur de la steppe mongole et sous le délicieux soleil italien.
Huffington Post