Actualité

10 déc. 2020

Dans l’année du 10e anniversaire de son inscription à l’UNESCO, le khöömii mongol s’intègre à l’enseignement de conservatoire en France !


Nous sommes extrêmement heureux de vous annoncer l’ouverture d’un cursus de khöömii au Conservatoire d’Aubagne avec l’Institut International des Musiques du Monde ! Pour la première fois, le khöömii est intégré dans un cursus de l’éducation supérieure occidentale. Cet événement marque une étape majeure dans l’histoire du khöömii et sa diffusion dans le monde.

Johanni Curtet, PhD, ethnomusicologue, spécialiste européen du khöömii mongol assurera 100h d’enseignement par an sur un cycle diplômant de quatre années, et invitera régulièrement des détenteurs de cette tradition mongole et touva pour rester au plus près de leur pratique. Bienvenue aux 6 premiers élèves qui s’embarquent dans cette belle aventure !

Pour rappel, l’Art traditionnel du khöömii mongol est inscrit depuis 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, entretenue par l’UNESCO. Cette inscription fut possible grâce à l’implication de Johanni Curtet et de sa compagne Nomindari Shagdarsuren, principaux élaborateurs de la candidature du khöömii.

Afin de célébrer cet événement ensemble, Jean-François Castell, le réalisateur du film Maîtres de chant diphonique (2010), vous donne un accès libre et gratuit vers son dernier film Voyage en Diphonie (2018) ! Ce documentaire retrace les aventures du double-disque et de la tournée Une Anthologie du khöömii mongol, un outil de transmission, un document de référence donnant un large aperçu sur cette technique vocale.

En échange de votre demande de visionnage par e-mail ou message sur notre page facebook ou celle du film, nous vous enverrons un lien privé. Comme ce film n’est pas encore diffusé à grande échelle, merci de soutenir la création artistique indépendant et de renforcer sa visibilité sur Internet en réagissant virtuellement par des likes, commentaires et partages…

Merci infiniment de votre curiosité et ouverture – des qualités qu’il faut continuer à entretenir surtout en ce moment de la crise sanitaire !


Synopsis

Depuis 2010, l’Art traditionnel du khöömii mongol (chant diphonique) est inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’UNESCO, et les recherches de Johanni Curtet et sa compagne, Nomindari Shagdarsüren, ainsi que les enregistrements publiés par leur association, Routes Nomades, auront contribués à documenter ce dossier.
Suite à cela, Johanni et Nomindari ont préparé durant 6 ans une anthologie du khöömii mongol, qui allait rapidement devenir un ouvrage de référence.
En 2016, pour la sortie du disque, ils ont organisé une tournée unique avec 12 diphoneurs et musiciens. Hommes, femmes, jeunes et vieux maîtres, bergers, professionnels, issus de différentes provinces de Mongolie se sont côtoyés pendant deux mois sur les plus belles scènes de musiques du monde, en France et en Suisse. Johanni envisageait de profiter de la présence exceptionnelle de ces représentants du khöömii, basé sur leur participation volontaire, pour mener des recherches en laboratoire avec le C.N.R.S., au Gipsa-lab ainsi qu’au C.H.U. de Grenoble. Une première mondiale...
Voyage en Diphonie retrace toutes ces histoires, entremêlées dans une mise en abîme : les fondements d’une démarche ethnomusicologique, éthique et équitable ; la tournée vécue de l'intérieur ; les expérimentations scientifiques ; le mystère du khöömii et sa relation profonde à la nature ainsi que sa transmission ; la restitution du disque en Mongolie au cours de l'été 2017, aux diphoneurs bien sûr, mais également aux familles des musiciens défunts présents sur les enregistrements ; et avant tout, l'aventure humaine de Johanni et Nomindari avec ces artistes.
Faisant la part belle au voyage, ce film est dédié à Papizan Badar, maître touva de Mongolie, qui venait pour la première fois se produire en Occident, réalisant ainsi l’un de ses rêves.